Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Mercredi (21/12/05)
Civilisation
''A l'origine des nations, la force fut en quelque sorte matérielle, une, grossière; puis, avec l'accroissement des agrégations, les gouvernements ont procédé par des décompositions plus ou moins habiles du pouvoir primitif. Ainsi, dans la haute antiquité la force était dans la théocratie; le prêtre tenait le glaive et l'enscensoir. Plus tard, il y eut deux sacerdoces: le pontife et le roi. Aujourd'hui, notre société, dernier terme de la civilisation, a distribué la puissance suivant le nombre des combinaisons, et nous sommes arrivés aux forces nommées industrie, pensée, argent, parole. Le pouvoir, n'ayant plus alors d'unité, marche sans cesse vers une dissolution sociale qui n'a plus d'autre barrière que l'intérêt. Aussi ne nous appuyons-nous ni sur la religion, ni sur la force matérielle, mais sur l'intelligence. Le livre vaut-il le glaive, la discussion vaut-elle l'action? Voilà le problème.''

BALZAC, Honoré De. La peau de chagrin, GF-Flammarion, Paris, 1971, p.108.


Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple.

Ecrit par Audreyelise, à 12:44 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mercredi (15/12/04)
Libéral-paternalisme
--> Quand l'État pénal avance, l'État social recule

" Elle [la délinquance] a par contre tout à voir avec la généralisation du salariat désocialisé et l'instauration d'un régime politique qui permettra de l'imposer. Régime que l'on peut qualifier de "libéral-paternaliste" puisqu'il est libéral et permissif en haut, à l'égard des entreprises et des classes privilégiées, et paternaliste et autoritariste en bas, envers ceux qui se trouvent pris en tenailles par la restructuration de l'emploi et le reflux des protections sociales ou leur reconversion en instrument de surveillance et de discipline."

- Loïc Wacquant, chercheur au Centre de sociologie européenne et professeur de sociologie et d'anthropologie à la New School for Social Research et à l'Université de Californie-Berkeley, dans Punir les pauvres. Le Nouveau gouvernement de l'insécurité sociale, page 29.

Ecrit par journaliste, à 22:26 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Lundi (06/12/04)
Knut Hamsun

L'auteur norvégien Knut Hamsun, récipiendaire d'un Prix Nobel, a écrit Pan en 1913.

Ecrit par Audreyelise, à 10:19 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (05/12/04)
Qui éduque l'éducateur?
--> De l'éducation en Corée du Nord

"Pendant la guerre de libération de notre patrie [la Guerre de Corée], nos oncles de l'armée populaire ont détruit une meute de chacals bâtards impérialistes yankees et confisqué 224 123 grenades et 265 137 autres types d'explosifs. Quelle est la quantité totale d'explosifs et de grenades ainsi obtenues?"

- Problème d'arithmétique d'un manuel d'école primaire nord-coréen, cité par Thomas J. Belke dans Juche, A Christian study of North Korean's State religion, in Au pays du grand mensonge. Voyage en Corée du Nord, Philippe Grangereau, p. 203.

Ecrit par journaliste, à 10:21 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (29/11/04)
Rélexion: Le meilleur des mondes, Aldous Huxley

"Un état totalitaire vraiment "efficient" serait celui dans lequel le tout-puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d'esclaves qu'il serait inutile de contraindre, parce qu'ils auraient l'amour de leur servitude. La leur faire aimer- telle est la tâche assignée dans les États totalitaires d'aujourd'hui, aux ministères de la propagande, aux rédacteurs en chef des journaux et aux maîtres d'école."

Ecrit par Audreyelise, à 23:28 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 2 commentaires)
Mercredi (24/11/04)
Appréciez la chance que vous avez....
Si l'on compare le monde avec un village de 100 habitants en tenant compte
de toutes ses composantes le village rassemblerait alors à ceci :

- 57 Asiatiques - 21 Européens - 14 Américains - 8 Africains
- 52 femmes - 48 hommes
- 70 personnes de couleur - 30 Blancs
- 70 non-chrétiens - 30 chrétiens
- 89 hétéros - 11 homos
- 06 personnes posséderaient 59% de la richesse mondiale totale
- 06 personnes auraient la nationalité américaine
- 80 seraient sans-abri
- 70 seraient analphabètes
- 50 seraient dépendantes de quelqu'un d'autre
- 01 serait à la mort
- 02 naîtraient
- 01 serait diplômée

Si l'on regarde le monde de cette manière, il est clair que compréhension,
tolérance et études deviennent nécessaires.

Si, ce matin, vous vous êtes réveillé sans être malade, alors vous êtes plus
heureux qu'un million de personnes qui vont mourir dans les prochains jours.

Si vous n'avez jamais souffert de la querre, de la solitude ou de la faim,
alors vous êtes beaucoup plus heureux que 500 millions de personnes dans le
monde.

Si vous pouvez aller à votre lieu de culte, sans vous sentir obligé, sans
être arrêté ou être tué, alors vous êtes beaucoup plus heureux que 3
milliards de personnes dans le monde.

S'il y a de la nourriture dans votre frigo, que vous êtes vêtu et que vous
avez un toit, alors vous êtes plus riche que 75% de la population mondiale.

Si vous avez un compte bancaire, un peu d'argent en poche ou un peu de
monnaie dans une petite boîte, alors vous faites partie des 8% des personnes
les plus riches au monde.

Si vous savez lire ces quelques lignes, alors vous êtes béni, car vous ne
faites pas partie des 2 milliards de personnes qui ne savent pas lire.

[auteur inconnu]


Bonne réflexion!
Ecrit par Marie-Jo, à 14:14 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 5 commentaires)
Lundi (22/11/04)
Réjean Ducharme

Extrait de L'Hiver de force, Éditions Gallimard, 1973,p. 151

"On sent qu'on va se sentir mieux quand on sentira bon. Frotte-moi fort, que ça parte en lambeaux, comme une mue. La peau de mon dos dort; frotte, frotte-la-moi bien fort. Cours chercher les ciseaux puis coupe mes cheveux. Ras! Comme un soldat qui a de l'estomac puis qui se dégonfle pas! Donne ton sein, agnus dei pour planter mes poignards, pour éclater mes obus, pour que ma bouche pourrie morde et loge son venin, pour emmitoufler mon cri, l'endormir, le faire rêver. Mange mon nez, mange mes pieds, vorace-moi toute; que tes dents crèvent les ampoules qui soulèvent ma peau, que tu lèches les gousses éclatées de tout ce mal. L'extrémité des caresses, c'est la mort; arrêtons-nous en pleine rage, au coeur du geste. Mourir, il ne faut pas être bien intelligent pour se donner la peine de faire ça, car c'est sans conséquences. Le propre de ta mort, c'est de ne rien te faire."

                                                  

Ecrit par Audreyelise, à 15:51 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Dimanche (31/10/04)
Saint-Exupéry

"Je m'assis en face d'un couple. Entre l'homme et la femme, l'enfant tant bien que mal avait fait son creux et il dormait. Il se retourna dasn le sommeil et son visage m'apparut sous la veilleuse. Ah! quel adorable visage. Il était né de ce souple-là une sorte de fruit doré. Il était né de ces lourdes hardes cette réussite de cherme et de grâce! Je me penchai sur ce front lisse, sur cette douce moue des lèvres, et je me dis:``Voici un visage de musicien, voici Mozart enfant, voici une belle promesse de la vie!`` Les petites princes de légende n'étaient point différents de lui. Protégé, entouré, cultivé, que ne saurait-il devenir? Quand il naît par mutation dans les jardins une rose nouvelles, voilà tous les jardiniers qui s'émeuvent. On isole la rose, on cultive la rose, on la favorise... Mais il n'est point de jardinier pour les hommes. Mozart enfant, sera marqué comme les autres par la machine à embouti. Mozart fera ses plus hautes joies de musique pourrie dasn la puanteur des cafés-concerts. Mozart est condamné...

Je regagnais mon wagon. Je me disais: ``Ces gens ne souffrent guère de leur sort. Et ce n'est point la charité ici qui me tourmente. Il ne s'agit point de s'attendrir sur une plaie éternelle rouverte. Ceux qui la portent ne la sentent même pas. C'est quelque chose comme l'espèce humaine, et non l'individu, qui est blessé ici, qui est lésé. Je ne crois guère à la pitié. Ce qui me tourmente cette nuit, c'est le point de vue du jardinier. Ce qui me tourmente, ce n'est point cette misère dans laquelle après tout on s'installe aussi bien que dans la paresse. Des générations d'Orientaux vivent dans la crasse et s'y plaisent. Ce qui me tourmente, les soupes populaires ne le guérissent point. Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces cruex, ni ces bosses, ni cette laideur. C'est, un peu dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné." 

SAINT-ÉXUPÉRY, Antoine. Un sens à la vie, Éditions Gallimard, Paris, 1956, pp. 46-47.

Ecrit par Audrey, à 18:46 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Jeudi (21/10/04)
Utopies
"Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu'on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante: Comment éviter leur réalisation définitive ?... Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence t-il, un siècle où les intelectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d'éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins "parfaite" et plus libre."
Ecrit par , à 21:52 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 2 commentaires)
L'existentialisme est un humanisme

``la vie n'a pas de sens a priori

Avant que vous ne la viviez, la vie, elle, n'est rien, mais c'est à vous de lui donner un sens, et la valeur n'est pas autre chose que ce sens que vous choisisez.``

``Nous voulons la liberté pour la liberté et à travers chaque circonstance particulière. Et en voulant la liberté, nous découvrons qu'elle dépend entièrement de la liberté des autres, et que la liberté des autres dépend de la nôtre.``

``L'homme se fait; il n'est pas tout fait d'abord, il se fait en choisissant sa morale, et la pression de circonstances est telle qu'il ne peut pas ne pas en choisir une. Nous ne définissons l'homme que par rapport à un engagement.``

``Je construis l'universel en me choisissant; je le construis en comprenant le projet de tout autre homme, de quelque époque qu'il soit. Cet absolu du choix ne supprime pas la relativité de chaque époque. Ce que l'existentialisme a à coeur de montrer, c'est la liaison du caractère absolu de l'engagement libre, par lequel chaque homme se réalise en réalisant un type d'humanité, engagement toujours compréhensible à n'importe quelle époque et par n'importe qui``

Extraits tirés de L'existentialisme est un humanisme, de Jean-Paul Sartre

Ecrit par Audreyelise, à 21:04 dans la rubrique Extraits .
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Articles suivants